Filles : Mode d'Emploi

01 juillet 2009

Sodomie et sodomoi sont dans un bateau...

avatar10Je voulais faire un super jeu de mot dessus, amener l'affaire en douceur et en délicatesse, mais en ce moment j'ai le cerveau semoule...
Doooonc, voilà je vous l'annonce, ce nouvel article spécial été sera sur la pratique tant controversée par les religions a travers les siècles, la SODOMIE.

un petit rappel pour ceux du fond de la classe:
"La sodomie est un rapport sexuel  qui consiste en une pénétration de l'anus du ou de la partenaire, généralement avec le pénis ou à l'aide d'un objet représentant un phallus." (dixit wiki)

Comment une telle idée m'est venue ?
Un soir sur MSN je discutais en toute innocence avec une amie de choses et d'autres (bon , OK, on parlait cul...), quand son cher et tendre est venu lire par dessus sont épaule et m'a demandé crument si j'étais pour ou contre.

Et bien voilà... avant de poser la question a l'amour de votre vie , quelques petites choses a savoir.
Tout d'abord,  Wiki est votre ami: http://fr.wikipedia.org/wiki/Sodomie

Je parle ici de sodomie dans le cadre d'un couple hétérosexuel, puisque le blog s'appelle "FILLES , mode d'emploi", je ne traiterai donc pas de sodomie entre hommes.

À quoi ça sert ?

Hem.. franchement, je dois vous l'expliquer ?
Bon, après tout je suis là pour ça.
D'un point de vue reproductif, laissez tomber, ça ne vaut rien !  C'était même préconisé pour le controle des naissance, c'est vous dire (lire wiki pour les curieux).
Donc on se trouve tout bêtement avec le coté plaisir.
La sodomie est généralement pratiquée pour procurer du plaisir a l'un ou a l'autre des partenaires sexuels, le mieux étant que ça plaise aux deux.

Ca peut servir a "pimenter" la vie de couple pour certains, explorer toutes les possibilités sexuelles avec un partenaires, relever du fantasme, de la pratique courante... après chacun et chacune le perçoit differemment et d'une façon très personnelle puisqu'il s'agit d'une relation sexuelle. Il n'y a pas de grande vérité universelle.

Qu'est-ce que ça fait ?

Dans l'idéal ça doit donner du plaisir, on l'a dit.

De plus, on sait que beaucoup de garçon sont tentés par cette pratique puisque dans l'anus le penis y est bien plus serré, d'ou augmentation du plaisir et sensation différente de la pénétration vaginale.
Sans oublier le coté fantasme et tout le toutim...
Seulement c'est souvent considéré comme une pratique sexuelle sale voire honteuse, réprouvée par nombre de religion et par la société en général.
Si parfois la partenaire est tentée par l'experience , souvent elle ressent de la gêne, et surtout a peur de la douleur de la pénetration.

Il est alors necessaire d'en discuter librement, essayer de voir avec elle ses blocages et ses envies, et prendre son temps. Si elle dit non maintenant, ça peut changer dans 6 mois , quand vous vous connaitrez mieux et qu'elle aura plus confiance en vous.
Pour certaines, la sodomie est une relation encore plus intime qu'une  relation sexuelle vaginale,  a respecter donc !

Concernant la peur de la douleur , elle a raison de faire attention  car l'anus ne produit pas de lubrification naturelle et a donc besoin de lubrifiant pour permettre la pénetration sans provoquer de micro lesions voire de fissures anales.
De plus, le sphincter anal ayant pour reflexe de se refermer a toute tentative de pénétration, c'est beaucoup moins facile et évident .

Il va falloir faire preuve de beaucoup de douceur, de patience  et de caresse, avec force de lubrifiant afin de détendre le sphincter en question  et SURTOUT de beaucoup d'écoute de la part du monsieur qui ne doit JAMAIS forcer sa partenaire (ou aller trop vite en besogne), même si elle se ravise au dernier moment, sous peine de lui faire vraiment très mal, voire de lui provoquer un déchirement nécessitant des point chirurgiquaux (oui, une fissure anale necessite d'être recousu).

Ne vous inquietez pas trop cependant, quand le temps est pris et que l'anus est bien préparé et détendu, que la partenaire est consentante,  la pénétration n'est pas douloureuse -oubliez pas d'aller aux toillettes avant quand même)
Le reste se déroule un peu comme une relation sexuelle "classique", et si les deux s'y prennent bien la partenaire peut même eprouver un orgasme avec ce genre de pénetration.

Il arrive que la fille accepte la sodomie pour faire plaisir a son copain (qui a été lourd et insistant parfois). Ce n'est évidemment pas la meilleure chose a faire, puisque si elle est crispée elle a de bonnes chance d'avoir mal pendant le rapport, de ne pas ressentir de plaisir etc... et ne voudra plus jamais réessayer , au grand damn dudit copain (qui se grille du coup toute possibilité ulterieure de recommencer, voire d'essayer des trucs encore plus coquins).

Quelques petites notes importantes, on ne sait jamais...

Si le coït anal évite a la donzelle tout risque de grossesse, ça ne protège absolument pas des MST !
"Le coït anal comporte 3 fois plus de risques de transmissions de maladies infectieuses que le rapport vaginal (voir MST, SIDA) car le sperme s'il est infecté ou le gland, s'il présente des ulcérations, est directement en contact avec le rectum dont la paroi est fragile et richement vascularisée.Par cette "porte" les germes peuvent plus facilement infecter l'organisme."(source doctissimo.fr)
Donc capote obligatoire !!

De plus, vous vous en doutez peut être, mais l'anus ayant une flore bactérienne différente de celle du vagin etc, ne pratiquez pas une penetration vaginale juste après une penetration anale ! Risque de grosse infection bien douloureuse du vagin pour madame ! Pareil, pas de fellation après, il faut impérativement changer de préservatif ou que Monsieur aille BIEN se laver le pénis (et les mains tant qu'a faire).

En conclusion !

En conclusion, si l'experience vous tente, le mieux est d'en parler de façon ouverte avec votre copine/petite amie/ partenaire sexuelle etc... afin de copnnaitre son avis sur la question.
Lui proposer la chose un soir dans le lit au milieu des préliminaires peut ne pas être une bonne idée, elle peut se sentir "coincée" et ne pas oser refuser , ou vous foutre sa main dans la gueule, se barrer et vous ferez tintin!

Après si elle est plutot positive sur la question, faire venir la chose de façon naturelle, quitte a commencer les préliminaires et ne pas les finir par la pénétration plusieurs soirs de suite, afin qu'elle s'abitue petit a petit a vos caresses a cet endroit et qu'elle prenne conscience qu'une excitation sexuelle est possible -et agréable- a cet endroit aussi.

Pour la suite, toujours patience et douceur, lui defoncer le cul a la hussarde pour la première fois ne donnera jamais rien de bon, je vous le garantis.
Et si des filles me lisent, un conseil:
Si votre ami se fait pressant et lourd pour que vous acceptiez de vous laisser faire de ce coté, mais que vous ne voulez pas, proposez lui de se laisser sodomiser le premier. En général ça les fait reflechir, et s'ils acceptent, de ressentir ça avant vous les rendra peut être plus doux (la force de l'experience vécue, toussa).

Posté par SasuKumo à 01:06 - Commentaires [10] - Permalien [#]
Tags : ,

28 avril 2009

C'est, c'est, c'est, c'est l'hymen ♫

100x1000006aft5« Tu sais, en principe, si c'est fait au bon moment, avec le bon mec, dans les bonnes conditions, la première fois ça fait pas mal. »


Combien de fois l'avons nous entendue, cette phrase, dans combien de magazines et sur combien de sites "pour nana" l'avons nous lue ? Chers porteurs de chromosome Y, il est temps que nous vous révélions une grande vérité : c'est un mensonge éhonté ! Respirez un grand coup, on va vous emmener au fond du problème.

 Petit point biologie: Quand une fille est vierge, elle possède un hymen. L'hymen est une petite membrane qui ferme partiellement l'orifice vaginal, à 1 cm environ de l'entrée de celui ci. L'obturation n'est que partielle pour permettre l'écoulement des règles. Lors du premier rapport sexuel, en théorie, cette membrane se déchire.

À quoi ça sert ?

Basiquement, personne n'en sait rien. Il s'agit du vestige embryonnaire de la membrane qui sépare à l'origine les deux parties du vagin d'origine embryonnaire différente. Du point de vue de l'évolution, on ignore ce qui a pu conduire à l'existence de cette membrane. Plusieurs hypothèses existent, la première serait que pour les sociétés humaines primitives, une femme avait intérêt à trouver un homme qui ne l'abandonnerait pas une fois enceinte. La douleur du premier accouplement permettrait que la décision de s'accoupler ne soit pas prise à la légère.

Cette explication semble toutefois douteuse. Chez d'autres mammifères, on constate que la femelle a également un hymen, mais que l'accouplement ne crée pas de lien social avec le mâle. Une autre explication est que l'hymen est une conséquence de l'évolution depuis des espèces pour lesquelles il a un tout autre intérêt. Par exemple, pour la baleine, il protège son vagin de l'eau jusqu'à ce qu'elle soit en âge de se reproduire. Mais évitez de citer cet exemple à votre copine, ça reviendrait à la comparer à une énoooorme baleine =)

Il existe des variations anatomiques de l'hymen.

  • L'hymen annulaire, qui présente un orifice central.

  • L'hymen cribriforme, qui est perforé de plusieurs petits trous.

  • L'hymen semi lunaire, dont la forme est celle d'un croissant.

  • L'hymen labié, qui présente une fente verticale.

  • L'hymen imperforé, rare, en général diagnostiqué à la naissance, qui nécessite une incision chirurgicale pour permettre l'écoulement ultérieur des règles.

Il existe encore différentes formes plus ou moins rares, n'ayant pas toutes été répertoriées ici (un peu comme les pokémons, et NON, ça ne vous donne pas une bonne excuse pour les attraper tous)

L'épaisseur de l'hymen est généralement infèrieure au millimètre, mais il arrive parfois qu'elle atteigne les deux millimètres. (et là c'est AOUCH)

Qu'est-ce que ça fait ?

Ca fait mal, et ça saigne, mais... c'est pas les règles. Dans la plupart des cas, lors du premier rapport sexuel, l'hymen se déchirera sans trop de problèmes, ce qui entrainera une perte de sang et/ou une légère souffrance. Cependant, dans le cas d'un hymen très élastique ou presque inexistant, le premier rapport sexuel n'entraînera ni rupture ni saignements.
Enfin, il existe le cas de l'hymen imperforé qui ferme totalement l'entrée du vagin, ou d'hymens trop épais, qui peuvent rendre la pénétration impossible ou trop douloureuse. Il est alors nécessaire d'avoir recours à une petite intervention chirurgicale sous anesthésie locale afin d'inciser cet hymen.

Il n'est pas rare d'avoir besoin de s'y reprendre à plusieurs fois, l'hymen cédant progressivement. De longs préliminaires et de la communication peuvent aider, la fille étant alors plus détendue. En général, après le premier rapport, il vaut mieux attendre une à deux semaines avant de renouveler l'expérience, le temps que ça cicatrise.

Après en avoir discuté avec pas mal de filles, nous avons pu remarquer que la plupart avaient ressenti une sorte de petite dépression post-perte de la virginité. Que ça se soit bien passé ou pas, la perte de la virginité étant un rituel important dans la vie d'une femme, beaucoup se sentent déprimées, parfois même au point de regretter d'être passées à l'acte. Ce sentiment peut perdurer quelques jours, mais il ne semble pas avoir de nom médical en particulier, ou en tout cas nous n'avons pas été capable de le trouver, malgré nos recherches et la participation active de notre camarade google.

En conclusion !

Si votre partenaire était vierge et qu'elle a eu mal au cours de votre premier rapport, ce n'est pas nécéssairement de votre faute: cette douleur est difficilement évitable, même en étant le plus prévenant du monde. Blâmez l'évolution, ou ce connard de sexiste de Dieu, selon votre préférence (joke inside).

Posté par Sugar_Junkie à 17:44 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags : , , ,

27 avril 2009

Le gynéco est ton ami(e) , du moins on essaie de le croire...

100x100suzyEdit :arg !! les grands esprits se rencontrent !! Comment on fait ? on laisse les deux articles ?

  Il  a de cela quelques temps , en discutant entre amies est arrivé la question de la visite chez le gynécologue, et entre récits d'expérience et d'anecdotes est apparu deux choses:
tout d'abord, il semblerai que cet  éminent spécialiste médical  reste parfaitement obscur pour les hommes (mais pourquoi vous  y allez  ? reste la question récurrente des hommes a leurs compagnes) et deuxièmement, cette question fabuleuse posée a une de mes amie et rapportée ensuite : "est ce que vous "kiffez ça" [d'aller chez le gynéco]".

Alors , bien que morte de rire devant ce genre de réflexion (mieux vaut rire que pleurer, s'pas ?), je me permet d'enfin éclairer vos lanternes d'hommes, et de lever le voile sur le grand mystère de la visite chez le gynécologue.

A quoi ça sert ?

Et bien ma foi, a beaucoup de choses !!
Vous n'êtes pas sans ignorer que le sexe féminin est "en dedans" du corps, contrairement au votre qui se présente le plus souvent sous la forme d'un tuyau. Du coup c'est moins facile d'inspecter nous même que tout s'y passe bien. De plus, en tant que femme/matrice a bébés , il y a toute une tuyauterie interne a vérifier et surveiller.
Le vagin est constamment humide et possède beaucoup de muqueuse, ce qui rends les femmes beaucoup plus vulnérables a des infections, des mycoses et toute maladie sexuellement transmissible (bien plus qu'un homme, sauf en cas de relation anale), d'où la nécessité d'effectuer une visite de contrôle au minimum une fois par an, et a chaque fois qu'un doute ou un dérèglement est observé.

Ben voilà, vous commencer a entrevoir a quoi sert le gynécologue. C'est lui ou elle qui se charge d'aller inspecter notre intimité en profondeur, vérifier que tout s'y passe comme il faut, qu'aucun problème ne se manifeste, qu'on est bien formée, qu'aucune infection ne s'y développe... enfin tout quoi !

Dis comme ça c'est pas très important, mais gardez en mémoire que certaines infection bénines non diagnostiquées et non soignées sont a l'origine de certains cas de stérilité incurable chez la femme... et que certaines mycoses bénignes pour la femme se révèlent bien plus...handicapantes quand elles sont transmise à l'homme (ou comment avoir le zizi moisi !!)

Lors de la visite annuelle est généralement effectué un frottis (prélèvement de cellules du col de l'utérus,un peu plus haut que le vagin) afin de dépister tout risque de cancer du col de l'utérus.

Une jeune femme commence (normalement ) a voir un gynécologue pour la première fois pour ces premières règles (age variable, mais vers les 11 ans en gros), effectue une visite annuelle a partir des 15 ans , et retourne le voir un peu plus souvent au début de sa vie sexuelle pour mettre en place si elle le désire une pilule contraceptive, ou s'informer sur les différents moyens de contraception et les MST. Une prise de sang sera alors effectuée afin d'obtenir un dosage hormonal pour mettre en place la pilule la mieux adaptée a la patiente. Un suivi sur 3 mois permettra de vérifier qu'elle est bien supportée, dans le cas contraire une autre sera alors proposée (puis re-surveillance sur 3 mois etc...).

Vous commencez a entrevoir que pour nous c'est méga chiant déjà tout ça ? Vous vous plaignez d'avoir a mettre une capote ? Nous en plus de devoir penser tout les jours a prendre notre foutu cacheton, on se farcit les visites a n'en plus finir !
Comment ça c'est pas si grave ? Ah ben oui, je vous ai pas encore raconté comment la visite se passe !

Qu'est-ce que ça fait /Comment ça se passe ?

Alors, pour répondre a la question de l'intro, je ne connais pas UNE femme qui "kiffe ça", une visite chez le gynéco...

En général on essaie d'avoir un médecin femme, pour être plus a l'aise. Mais comme les praticiens hommes sont plus nombreux que leurs confrères femmes, ben c'est pas évident... Le tout est que le docteur n'ai pas une tête de pervers (c'est déjà bien), et qu'il soit suffisamment professionnel pour manipuler notre "matériel " avec précaution.

Parce que moi perso, pendant la visite je ne fait pas la fière, et j'aimerai me trouver ailleurs...

Déjà, on se met a moitié a poil. C'est à dire le cul a l'air, la foufoune au vent... et le soutif dégrafé.
Oui, je vois déjà les garçons qui se disent que c'est le super plan, mais je crois que le toubib en fin de journée il en a un peu marre, parce que ya pas que des Claudia Shiffer, ya beaucoup de mémé (ben oui, une ménopause ça se surveille !!) et quand vous avez des patientes avec des maladies originales ou tropicales, je crois que vous êtes dégoutés pour le mois a venir !

Après, on se met sur la géniale table d'auscultation, avec les fabuleux étriers... je ne vous fait pas un dessin, mais en gros on a les cuisses largement écartées, le cul au bord de la table (bobo) et les talons coincés pour que quelquefois qu'on change d'idée en cours de route on ne coince pas le docteur. Dans le genre "position super humiliante et exposées" , je crois qu'ils n'ont pas trouvé mieux.
Et là, le toubib prépare son spéculum (a ne pas confondre avec un spéculos, qui est un délicieux gâteau a la cannelle que l'on déguste généralement avec un bon café), sorte d'écarteur qu'il nous fourre a grand renfort de lubrifiant dans l'intimité pour inspecter notre tuyauterie interne. Et comme le disait alors une amie, on a l'impression d'être une vieille bagnole qu'on examine, montée sur un cric...
En général le toubib nous conseille de nous détendre, mais je vous laisse vous imaginer dans la même position, en sachant que dans les 5 minutes qui suivent on va vous enfoncer un truc froid dans l'anus (je dis anus parce que les hommes n'ayant pas de vagin, je ne vois pas d'autre endroit ou mettre un spéculum et du coup vous faire un peu ressentir la solitude de la femme en visite chez son gynéco) . Du coup la détente c'est délicat, et l'examen n'est pas des plus agréable. Si en plus on a droit au fameux frottis c'est le pompon.

Ce n'est pas vraiment douloureux, mais comme il y a quand même des petits trou qui sont fait dans le tas, une certaine gêne en  résulte , qui peut durer plusieurs jours.
Après tout ça, le docteur tâte un peu a la main voir si tout est en ordre en insérant deux doigt dans le vagin et en palpant le ventre de l'autre main. Là aussi, entre nous et le bout de viande il n'y a qu'un pas.

Puis pour finir il effectue une palpation des seins pour vérifier qu'il n'y ai pas de début de grosseur ou de cancer, et -normalement- on est enfin libre d'aller se rhabiller.

On peu enfin récupérer un peu de dignité, mais sachez que :

  • Généralement on est pas de bonne humeur , car c'est pas super flatteur pour l'égo ce genre de visite et de position (encore plus si notre docteur est un super canon genre mannequin homme gonflé de muscles et de charme).
  • On a pas trop envie de sexe car on vient de se faire écarter sans stimulation sexuelle, manipuler et observer au plus profond de notre intimité, donc super désagréable.
  • Le lubrifiant utilisé pendant la visite c'est réchauffé et se met a dégouliner dans notre culotte bien qu'on ai essuyé le plus gros, et c'est super désagréable .
  • Si on a eu un frottis, on a eu un peu mal, on se sent pas bien (un peu comme avant les règles) donc foutez nous la paix, ou alors soyez super gentils.

En conclusion !


Franchement si on pouvait faire autrement, ne pas y aller ou avoir des alternatives autre, je crois qu'aucune femme saine d'esprit n'irait chez le gynécologue. Seulement la nature est ainsi faite qu'on paye lourdement notre capacité a porter des enfants, et que du matériel de qualité ça s'entretient, que voulez vous.

Mais en gros, NON , ce n'est vraiment pas kiffant d'y  aller.

A part le fait de surveiller sa santé et de se rassurer sur le fait d'être normalement constituée, il n'y a aucun point positif a aller chez ce genre de spécialiste. C'est a peu près aussi motivant que de devoir se rendre chez le dentiste se faire arracher une dent. On sait qu'il le faut, mais on y repense a plein de fois avant de se décider.

Par contre, si les homme allaient voir un spécialiste du pénis plus régulièrement (genre aussi souvent qu'une femme), beaucoup de maladies, mycoses, infections , herpès et autres MST seraient dépistées plus tôt, mieux soignée et moins transmises a leur compagnes sexuelles.
Car mes petits bonshommes, sachez que malheureusement trop souvent c'est la femme qui va voir le docteur pour un problème de santé, et qu'on se rends compte que c'est bibi qui lui a refilé ! Vilains va !!

Réponses aux questions des lecteurs/trices/trucs :

J'invite mes consoeurs rédactrices a partager avec nous leurs avis et expérience sur cette folle aventure qu'est la visite gynécologique, puisque ce modeste article ne fait part que de mon vécu personnel et de ce que j'ai pu recueillir auprès de ma soeur ainée, ma mère , ma belle soeur et autres  femmes que je fréquente régulièrement et avec qui je suis assez intime pour qu'on en vienne a parler de ça.

Bien entendu les interventions des lecteurs et lectrices sont attendus avec impatience et plaisir !

Posté par SasuKumo à 01:37 - Commentaires [5] - Permalien [#]
Tags : , , , ,